Chantier Navals UTOPIA PLANITIA

utopiaplanitialogo.bmp

La vocation de l’Office de Conception spatiale évoluée de Starfleet est l’investigation et l’exploration des nouvelles technologies théoriques pour les générations suivantes des vaisseaux de la FUP

L ‘Office de Conception spatiale évoluée (OCSE) est la division de Starfleet chargée de la recherche et du développement des nouveaux vaisseaux spatiaux. Il exerce une autorité directe sur les centres de recherche et de fabrication de la Fédération.

Mais nombre de ses activités se concentrent sur des complexes d’intégration comme la Station
terrestre McKinley, les Chantiers navals d’Antarès et les Chantiers navals d’Utopia Planitia. L’Office reçoit les recommandations de la Commission consultative de la Conception spatiale et fait appel aux plus brillants cerveaux de la FUP pour l’avancement de ses travaux. Pour l’essentiel, il s’agit d’un organe de coordination, le gros des missions étant assuré par le Corps des Ingénieurs de Starfleet. L’Office collabore aussi étroitement avec des spécialistes comme le docteur Leah Brahms, qui a joué un rôle prépondérant dans la conception des moteurs à distorsion en vigueur à bord des vaisseaux spatiaux de classe Galaxy.

DES TECHNOLOGIES PERFECTIONNEES
Ordinairement, Starfleet explore les technologies spatiales théoriques, et l’Office de Conception spatiale évoluée entretient des liens privilégiés avec diverses équipes de chercheurs — telles que le Groupe de Propulsion théorique — impliquées dans des travaux similaires. Quand de nouvelles technologies portent enfin leurs fruits, l’Office recommande que Starfleet les incorpore à ses études de conception.
Traditionnellement, les vaisseaux conçus par l’OCSE sont destinés en majorité à servir un
certain nombre de fonctions, dont l’exploration, la recherche scientifique et les missions défensives.
Les astronefs de recherche pure comme ceux de classes Oberth et Nova ont toujours fait partie des attributions de l’OCSE. Mais quand, à la fin des années 2360, Starfleet est alerté à propos de la menace Borg, un tout nouveau vaisseau de combat est développé : celui de classe De fiant.
Starfleet ayant produit une directive pour la configuration d’un nouveau navire, l’Office
établit un projet de développement qui réunit les spécialistes issus de toutes les disciplines
concernées. Les premières étapes incluent des simulations informatiques, faisant appel à des structures porteuses à trois dimensions, qui connaissent depuis quelques années un développement théorique.
Commence alors la mise au point d’un navire prototype, qui porte le nom définitif de la classe. Au cours du processus de développement, ce spationef reçoit une immatriculation débutant par le préfixe « NX». Une fois que la classe en question entre en phase de production à grande échelle, ce préfixe est remplacé par « NCC».

Normalement, l’élaboration d’un prototype spatial exige beaucoup de temps — parfois près
de vingt ans. Dans la pratique, l’Office lance souvent la production de plusieurs navires de cette même classe avant l’achèvement du prototype. Ainsi, le travail concernant I’U.S.S. Galaxy et son compagnon de promotion l’U.S.S. Yamato NCC-71807 est d’un an à peine antérieur au démarrage de la construction de I’U.S.S. Enterprise NCC 1701-D, ainsi que d’autres navires de cette classe. Les informations recueillies à partir des mises à l’épreuve du prototype sont alors intégrées aux autres bâtiments en cours de fabrication.

L’OCSE coordonne les travaux entre les divers groupes de développement, s’assurant que les informations circulent bien entre eux. Cela peut s’avérer très précieux: ainsi, quand l’approche initiale d’abord retenue pour le prototype de la classe Défiant est rejetée, la structure de base est transférée au projet de développement de classe Nova, les lance-torpilles étant démontés pour être remplacés par des palettes sensorielles.

DES CONCEPTIONS MODULAIRES
De façon typique, les vaisseaux sont conçus pour utiliser des modules analogues dans les
espaces intérieurs. Ainsi, les navires de classe Intrepid et Sovereign ont des infirmeries similaires, et le même modèle de nacelle d’évacuation est en vigueur à bord de divers
prototypes spatiaux, tels que ceux de classes Sovereign, Akira et Norway
Certaines aires comme la passerelle peuvent se monter à la façon de modules pivotants,
susceptibles d’être remplacés dans des bases stellaires quand le besoin s’en fait sentir.
Les conceptions peuvent aussi varier en fonction de la mission spécifique du vaisseau.
            Il n’est pas inhabituel pour des officiers servant à bord d’un prototype de continuer
à assurer les rénovations et les refontes de la classe en question, après sa mise en service.
Le commander Orfil Quinteros, qui dirige l’équipe d’assemblage affectée à
l’U.S.S.Enterprise NCC-1 701-D, supervise également les rénovations informatiques du vaisseau en 2364, presque un an après son armement.

D’ordinaire, les propres équipes techniques d’un navire procèdent aux modifications des
systèmes de bord tout au long du service, apportant souvent des améliorations notables.
L’OCSE réunit des données sur ces innovations et les intègre aux études des nouveaux modèles
Les designs spatiaux restant en vigueur de nombreuses décennies durant, il n’est pas rare
que Starfleet planifie des refontes majeures susceptibles de mettre un vaisseau hors service
plus d’un an. Pour la classe Galaxy, ce type de rénovation est prévu environ tous les 26 ans. Starfleet a conscience cependant que de telles refontes ne peuvent pas couvrir tous les besoins. L’Office de Conception spatiale évoluée envisage déjà la conception des futurs
astronefs destinée à assimiler des technologies évoluées qui n’en sont encore qu’à leurs
balbutiements, garantissant ainsi que Starfleet demeure le fer de lance de l’exploration spatiale.

LES CHANTIERS NAVALS D’UTOPIA PLANITIA
En orbite de Mars, les CHANTIERS NAVALS D’UTOPIA PLANITIA comptent parmi les complexe de construction spatiale les plus développés et les mieux établis. De ces célèbres chantiers sont sortis quelques-uns des plus illustres vaisseaux.

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, on admet que le meilleur endroit pour construire des vaisseaux spatiaux est encore le vide cosmique. Libérés des forces gravitationnelles, des procédés de fabrication jadis impraticables sont devenus monnaie courante, permettant à des bâtiments tels que l’Enterprise NX 01 d’être conçus en orbite terrestre, à partir du milieu du XXIIe siècle. Au siècle suivant, les Chantiers Navals de San Francisco commencent à construire des navires aussi légendaires que l’U.S.S. Enterprise NCC 1701 de classe CONSTITUTION.

Ces complexes sont reliés par divers bassins de raboud orbitaux – utilisé pour la refonte de l’USS ENTERPRISE NCC 1701D – au début des années 2270. Ensuite, l’USS ENTERPRISE NCC 1701A et l’USS ENTERPRISE NCC 1701 B de classe EXCELSIOR sont eux aussi batîs en orbite terrestre.

LA VIE SUR MARS
Dans les années 2360, cependant, tout construction majeure est transférée sur un site que visite d’abord le premier programme spatial Viking de la Planete Terre, en 1976. Utopia Planitia, disposant d’un immense rayon d’action au-dessus de la surface de Mars, se trouve être l’implantation idéale. Et nombre de sites planétaires se développent, ainsi qu’un vaste complexe orbital, planant en orbite géosynchrone au dessus.

Des infrastructures de rénovation, telle la Station terrestre McKinley ont un rôle capital à jouer dans la maintenance et la réparation des vaisseaux. Mais peu d’entre elles partagent avec les Chantiers Navals d’Utopia Planitia une connexion les reliants à toutes les classifications de navires depuis ces 2 dernières décennies.

Les Chantiers Navals d’Utopia Plantitia ont été le théâtre de la conception, de la construction et de la mise à l’épreuve de nombre de navires d’importance, encore que les complexes dédiés à tous les aspects de la production sont fondamentalement les mêmes pour tout nouveau bâtiment.
La construction proprement dite se déroule à l’intérieur du réseau de plateformes de fabrication et d’assemblage. En orbite au sein d’une vaste zone entourant Mars. Celles-ci consistent en une batteries d’armatures multifonctionnelles, réparties pour accueillir facilement la carène de tout nouveau navire en cours de construction.

De nombreux complexes voués aux réparations disposent d’un agencement identique, comme la Station terrestre McKinley dont les extensions de support articulées peuvent couvrir les principaux point de connexion et alliage dur d’un vaisseau spatial et permettent aux divers personnels technique de travailler simultanément sur de nombreuses zones.

Cette approche modulaire s’étend à toutes les structures ou treillis à trois dimensions de la construction. La plupart disposent d’une section supérieure couverte d’usage courant, avec une série de vasistas et divers connecteurs ombilicaux d’alimentation reliés au bâtiment en voie de construction. Les chantiers navals peuvent paraître pâtir d’un manque de prévoyance et de méthode, mais en fait, le travail proprement dit est superbement orchestré, et le complexe tout entier est placé sous haute sécurité. Dans leur majorité, les superstructures de construction disposent d’aires de contrôle et de coordination. Consistant en deux demi-spheres jointes par un fin pilier, elles se situent habituellement juste devant le bord d’attaque des docks individuels et sont à niveaux multiples. Ces complexes, qui logent les personnels techniques et administratifs au cours de la production d’un vaisseau donné, sont beaucoup plus proches que les Offices orbitaux utilisés par Starfleet au cours des années 2270

UN CHANTIER TREPIDANT
Utopia Planitia est un lieu fourmillant d’activité, et si les structures de construction logent en majorité des laboratoires d’essai et des salles d’étude, le personnel employé a souvent besoin de passer d’un site à un autre. En consequence, le trafic des navettes y est très dense.

Circulent en permanence des équipes affectées à la conception des navires, des ouvriers de la construction et des inspecteurs. En outre, les personnels des chantiers et les équipages de choc affectés aux essais d’un tout nouveau navire ont recours à un panel de véhicules courtes distances.
Le département chargé du développement de Starfleet suit la même ligne politique quel que soit le type de navire en cours d’élaboration – quoique le cadre temporel évolue en fonction des circonstances. Par exemple, la production de l’USS ENTERPRISE NCC 1701 D de classe constitution s’inscrit dans la remise à niveau incessante de Starfleet, suivant une gamme bien établie de planifications théoriques et d’essais sur maquettes, pendant que la configuration de la classe Défiant expérimentale s’accélère en raison de la menace Borg planant à cette époque. Les concepts initiaux sont établis par les différentes équipes d’ingénieurs et de concepteurs spécialisés en poste à Utopia Planitia, travaillant toutes dans des salles d’étude insérées aux structures de construction. A citer comme exemple : le Groupe de Propulsion théorique, assigné à l’USS ENTERPRISE NCC 1701 D, qui comprend le docteur Leah Brahms, brillante diplômée de l’institut Daystorm.

DES SPECIALISTES DES OPERATIONS
Entourée par les titulaires de l’équipe Sept, Leah Brahms travaille au sein du laboratoire de propulsion niché dans l’armature tribord de l’USS ENTERPRISE Galaxy, en cours de construction. Le laboratoire offre des vues privilégiées du vaisseau sur lequel les concepteurs planchent et englobe de puissantes consoles informatiques calibrées qui permettent aux ingénieurs des mises à l’épreuve très poussées – sans qu’ils aient à quitter les lieux. Une vue schématique à niveaux multiples, s’étendant du sol au plafond, permet de conceptualiser des éléments aussi capitaux que la chambre des cristaux de dilithium. Tandis que les ingénieurs procèdent à des simulations sur des modèles statiques, beaucoup d’entre eux admettent volontiers qu’ils bénéficieraient des expériences de vol acquises par les ingénieurs en chef qui, au final, opèrent sur les systèmes au quotidien.

Dans certains cas, les officiers de Starfleet ayant l’expérience du terrain et du talent sont affectés aux Chantiers Navals d’Utopia Planitia afin d’apporter leur contribution à la configuration et à la construction de ces navires perfectionnés. Après la bataille de Wolf 359 en 2367, le lieutenant-commander Benjamin Sisko se voit chargé de superviser la construction du bâtiment de classe Défiant, un vaisseau de combat très spécifique qui bénéficie d’un certain nombre de systèmes expérimentaux.

Le programme est d’abord lancé à grande vitesse, mais les premiers essais de l’USS Défiant NX 74205 révèlent quelques défauts de conception qui rendent l’usage du vaisseau potentiellement dangereux. Et lorsque la menace Borg s’estompe, le programme de la classe Defiant est abandonné. Promu commander, Ben Sisko est nommé à la tête de la station DEEP SPACE NINE en 2369. Le prototype Defiant demeure à Utopia Planitia, jusqu’à sa mise en service forcée contre les Jem’Hadar, en 2371.

En des circonstances plus calmes, une fois les conceptions définitives avalisées et les tests poussés finis, la phase suivante consiste à se pencher sur la superstructure du vaisseau. La construction initiale a pour cadre les structures modulaires, où les plafonniers sont souvent renforcés par des batteries d’énormes lampes hexagonales, analogues à celles utilisées lors de la refonte en bassin de radoub de l’USS ENTERPRISE NCC 1701, de classe CONSTITUTION.

Les ouvriers en combinaison spatiale assemblent la charpente du navire dans l’environnement avantageux de la gravitation zéro, cependant que les mises à l’épreuve des systèmes de bord se poursuivent à d’autres endroits du complexe. Il arrive que des vaisseaux partiellement achevés soient laissés à l’extérieur des structures dans l’attente de travaux supplémentaires, pendant qu’un bâtiment moins développé s’arrime au dock. Une fois la charpente en place, l’extérieur du navire peut y être soudé avec soin, et l’intérieur pressurisé, permettant aux ingénieurs affectés à la mise en place des systèmes de procéder à leurs tâches.

LA CONSTRUCTION DES VAISSEAUX
A l’intérieur d’un nouveau navire en construction s’affaire souvent beaucoup plus de monde que le futur équipage qui y évoluera. Quand l’U.S.S.Voyager NCC 74656 de classe Intrépid passe par des ajustements finaux en 2371, en préalable à son lancement, le vaisseau est une ruche d’activité : les équipes des chantiers navals oeuvrent en collaboration avec l’équipage nouvellement formé pour préparer le voyage inaugural. Hommage au dévouement, au professionnalisme et à la grande compétence des ingénieurs des Chantiers Navals d’Utopia Planitia, chaque navire de Starfleet porte sur la passerelle une plaque commémorative frappée aux noms des principaux promoteurs de sa construction – ainsi qu’à celui d’un des complexes les plus en vue de Starfleet.

Publié dans : Articles |le 11 mai, 2009 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Sa K' Animer |
AME Médias - Vidéo événemen... |
Yes We Cannes : Le site off... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Dimanche-moi un Film
| les frères scott
| Harry Potter Fans