Archive pour la catégorie 'Articles'

Gene Roddenberry

Naissance 19 août 1921
El Paso, Texas
Nationalité(s) États-Unis
Mort 24 octobre 1991
Santa Monica, Californie
Profession(s) scénariste, producteur de télévision
Conjoint(e) Eileen-Anita Rexroat (1942–1969)Majel Barrett (1969–1991)
Enfant(s) Rod Roddenberry
Site officiel http://www.roddenberry.com

 Gene Roddenberry (19 août 1921 – 24 octobre 1991), de son vrai nom Eugene Wesley Roddenberry, est un scénariste et un producteur de télévision américain, connu pour être le créateur de l’univers de science-fiction : Star Trek, initialement une série télévisée de 1966 : Star Trek, la série originale.

Il est également à l’origine des séries de science-fiction Andromeda et Invasion planète Terre (anglais : Earth: Final Conflict) bien que ces deux séries soient postérieures à sa mort.

Vie privée

Né à El Paso, au Texas, fils d’Edward Roddenberry et de Caroline Glen, Roddenberry a passé son enfance à Los Angeles, en Californie, où sa famille avait migré pour que son père continue sa carrière dans la police de Los Angeles. Marchant dans les pas de son père après l’école secondaire (high school), Roddenberry commença des études de police au Los Angeles City College, où il dirigea le club de police de cette école. Dans cette fonction, il était en liaison avec le FBI, qu’il remerciait d’envoyer des intervenants, des copies du code du FBI et des publications pour les besoins du club ; il prenait aussi des empreintes digitales de la communauté étudiante pour la Division Civile d’Identification du FBI.

Après son diplôme du Los Angeles City College, Roddenberry alla à l’Université Columbia, l’Université de Miami et l’Université de la Californie méridionale.

Il transféra son intérêt pour les études académiques vers l’ingénérie aéronautique et obtint sa licence de pilote. Roddenberry rejoint l’armée de l’air américaine en 1941 et devint aviateur. Il participa à de nombreuses missions de combat sur le Boeing B-17 Flying Fortress dans le théâtre du Pacifique avec le 394e escadron de bombardier (H), le 5e groupe de bombardier (« Bomber Barons »). Roddenberry fut récompensé par la Croix de l’Air (Distinguished Flying Cross (U.S.) ) et la Médaille de l’Air (Air Medal).

Après avoir quitté le service, il fut pilote commercial pour la Pan American World Airways. Il reçut un éloge de l’aviation civile pour ses efforts à la suite d’un crash dans le désert syrien pendant un vol pour Calcutta.

Roddenberry quitta la Pan Am afin d’écrire pour la télévision à Los Angeles. Il retourna à ses premiers amours et entra au département de la police de Los Angeles. Il y servit de 1949 à 1956.

Roddenberry se maria deux fois. Il eut deux enfants de sa première femme, Eileen Rexroat (avec qui il fut marié 27 ans), Dawn et la dernière Darleen. Il commença dans les années 60 une aventure avec Majel Barrett (qu’il fit jouer plusieurs fois dans Star Trek). Il quitta sa première femme pour elle, et ils se marièrent au Japon le 6 août 1969 dans le cérémonial traditionnel bouddhiste-shinto. Ils eurent ensemble un enfant, Rod Roddenberry Eugene Wesley, Jr.

Bien qu’élevé dans la foi des Baptistes du Sud, Roddenberry n’embrassa pas la religion de ses parents, il devint à la place Humaniste Séculier. Roddenberry mourut le 24 octobre 1991 d’une insuffisance cardiaque. Il avait 70 ans. Après sa mort, une capsule de la taille d’un rouge-à-lèvres contenant ses cendres fut envoyée dans l’espace pour orbiter autour de la Terre un peu plus de cinq ans (après quoi, elles brûlèrent dans l’atmosphère terrestre).

Télévision et carrière cinématographique

Avant Star Trek, Roddenberry avait écrit des scripts pour de nombreuses séries télévisés populaires des années 50, comme Have Gun, Will Travel. Son épisode de la première saison « Hélène d’Abajinian » gagna un prix de la Guilde des Ecrivains de Télévision (Writer’s Guild). Il produisit Le Lieutenant, une série de 1963-1964 d’ABC sur le Corps des Marines des États-Unis. Il essaya également de mettre à la mode d’autres séries de science-fiction, pour l’essentiel sans succès.

Roddenberry développa ses idées pour Star Trek en 1964 après avoir cherché des moyens de concurrencer Buck Rogers et Flash Gordon. La série fut finalement acceptée par Desilu Studios quand Gene vendit son idée comme un Train vers les Etoiles. Le pilote original de la série à 500,000 $ reçut un support minimal de la part de NBC, mais l’entreprise commanda, fait sans précédent, un second pilote. La série apparue le 8 Septembre 1966 et continua pendant 3 saisons. Bien qu’elle fût annulée pour cause d’audience trop faible, la série gagna une grande popularité dans le Syndicat de Télévision. Dans la troisième et dernière saison de Star Trek, Roddenberry ; qui avait proposé de se retirer de sa fonction de producteur, dans une ultime tentative d’assurer le succès de la série si on donnait au programme la tranche horaire qu’il désirait, diminua sa charge de travail après le refus de sa demande et accepta un poste de producteur à la MGM.

Son premier projet pour le studio, Pretty Maids All In A Row, était un film de sexploitation adapté du roman de Francis Pollini par Roddenberry et dirigé par Roger Vadim. Avec un casting incluant des stars reconnues (Rock Hudson, Angie Dickinson, Telly Savalas, Roddy McDowall) à côté des réguliers de Star Trek (James Doohan, William Campbell) et de magnifiques inconnues (dont Gretchen Burrell, la femme du pionnier du rock country Gram Parsons), le film devait être un des plus gros succès de 1971. Même l’aide apportée par une photo de Burrel dans Playboy, n’est pas parvenue à empêcher l’échec du film au box-office. De ce fait, les relations entre Roddenberry et la MGM étaient bel et bien terminées, bien qu’il continua à y développer ses idées en 1972.

A la suite de l’annulation de Star Trek et du relatif échec de son premier film, Roddenberry lança quatre concepts de série de science-fiction qui avaient toutes des pilotes produits mais qui ne furent pas retenus : The Questor Tapes, Genesis II, Planet Earth, et Strange New World. De plus, il coécrivit et fut producteur exécutif du téléfilm Spectre (1977).

Incapable de trouver du travail à la télévision ou dans l’industrie du cinéma et craignant de ne pas pouvoir subvenir aux besoins de sa famille, Roddenberry suivit les avis de son ami Arthur C. Clarke et trouva un emploi régulier dans le circuit des conférences universitaires, où ses contemporains dans la même situation (William Shatner and Timothy Leary) avaient aussi rencontré le succès. Il amusa les participants d’une communauté de fans (beaucoup lui accordait le surnom affectueux de Grand Oiseau de la Galaxie (« The Great Bird of the Galaxy »), d’après une créature mythologique citée dans « Man Trap » le premier épisode à la mode de Star Trek) avec des anecdotes venant de l’univers Star Trek, parlant de ses visions du futur et montrant les bobines de bourdes de Star Trek (the Star Trek Blooper Reel), une collection de chutes de la série originale. Il présentait également un tirage noir et blanc du premier pilote inédit de la série La Cage. Les séances de projections des bobines de bourdes entraînèrent la critique et la colère de Leonard Nimoy (Spock), qui pensait que Roddenberry exploitait ses erreurs pour de l’argent, il poursuivit finalement l’écrivain-producteur et la Paramount pour ces bobines et l’usage non rémunéré de son image dans une campagne promotionnelle de Heineken. Le problème fut résolu peu avant la production de Star Trek, le film.

Commencée en 1975, l’autorisation fut donné à Roddenberry par la Paramount de développer une suite à la série télévisé « Star Trek » avec un casting aussi proche de l’original que possible, qui devait s’appeler Phase II

Cette série devait être la figure de proue d’une nouvelle chaîne de télévision (l’ancêtre d’UPN, qui fait aujourd’hui partie de The CW Television Network), mais les plans de la Paramount pour cette chaîne furent abandonnés et le projet changea pour faire de Star Trek un long métrage.

Le résultat Star Trek, le film reçu un accueil critique mitigé mais marcha bien au box-office. A la suite de quoi, plusieurs films et une nouvelle série télévisée Star Trek : La nouvelle génération furent créés dans les années 80. Roddenberry était profondément impliqué dans la création et la production de Star Trek: La Nouvelle Génération, bien qu’il n’eut au final le contrôle total que sur la première saison. L’attaque de la Guilde des Ecrivains de Télévision d’Amérique (The WGA) de 1988 lui interdit de prendre un rôle actif dans la production de la deuxième saison, en le forçant à laisser le contrôle de la série au producteur Maurice Hurley. Alors que Roddenberry était libre de reprendre le travail sur la troisième saison de la série, sa santé déclina sérieusement, et au cours de la saison il céda graduellement le contrôle à Rick Berman et Michael Piller. Star Trek engendra également les séries télévisés Star Trek : Deep Space Nine, Star Trek : Voyager et Star Trek : Enterprise.

Quand vint le temps de produire la suite obligatoire, la proposition de Roddenberry, que l’équipage d’un vaisseau temporel Enterprise soit impliqué dans l’assassinat de John F. Kennedy, fut rejetée, et il fut renvoyé et remplacé par Harve Bennett. Il continua comme consultant exécutif sur les quatre films suivants – Star Trek II : La Colère de Khan, Star Trek III : À la recherche de Spock, Star Trek 4 : Retour sur Terre et Star Trek V : L’Ultime Frontière. Dans sa position Rodenberry était autorisé à voir et commenter tous les scripts et apports quotidiens de la production, bien que l’équipe de création fut libre de ne pas suivre les avis de Roddenberry ce que ne manquait pas de faire Bennett.

Le dernier film basé sur la série Star Trek originale, Star Trek 6 : Terre inconnue a été dédié à la mémoire de Roddenberry ; d’après certaines informations, il a vu une version du film quelques jours avant sa mort à l’âge de 70 ans.

En plus de ses films et de son travail pour la télévision, Roddenberry a aussi écrit une novélisation de Star Trek : Le Film, qui fut publiée en 1979 et fut le premier d’une série de plusieurs centaines de romans basés sur Star Trek à être publié par Pocket Books. Il a été dit par certains qu’ Alan Dean Foster était le véritable écrivain du livre mais cela a été démenti par Foster sur son site personnel et c’est un classique du téléphone arabe, comme Foster aurait écrit la novélisation de Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir et aurait écrit le premier jet de Star Trek le film. Roddenberry a parlé d’écrire un second roman ‘‘Trek’’ (périple) basé sur le script original de 1975 rejeté pour le film mais mourut avant de pouvoir le faire.

Héritage

Gene Roddenberry dans Articles 180px-Space_shuttle_enterprise_star_trek

magnify-clip dans Articles

Durant une visite à Palmdale, États-Unis, à la navette spatiale Enterprise

Après sa mort en 1991 à Santa Monica, les ayants droits de Roddenberry autorisèrent la création de deux séries télévisées basée sur certaines de ces anciennes idées d’histoires et de concepts inédits. Invasion planète Terre et Andromeda ont été produits selon la direction donnée par Majel Barrett-Roddenberry. Une troisième intrigue de Roddenberry a été adaptée en 1995 dans la courte bande dessinée Gene Roddenberry’s Lost Universe.

L’astéroïde 4659 Roddenberry, et un cratère d’impact sur Mars, le cratère Roddenberry, sont tous les deux nommés en son honneur.

La maison ou est né Roddenberry se trouve au 1907 E. Yandell Street à El Paso où il a vécu avec sa famille près de deux ans. Aujourd’hui dans une boutique de fleurs à l’intérieur d’un grand magasin d’habillement se trouve une plaque qui marque le site.

L’un des buildings sur l’une des parcelles du studio CBS Paramount Television sur Beverly Boulevard est le Gene Beverly Boulevard, qui loge la production et des départements administratifs.

En 1986, est inaugurée son étoile sur le fameux Walk of Fame à Hollywood (: 6683, Hollywood Blvd).

Controverse

Des écrivains qui ont travaillé sur Star Trek ont accusé Roddenberry d’avoir fait passer pour les siennes des idées qu’ils avaient développées, ou d’avoir menti sur leurs contributions à l’univers Star Trek lors des Conventions. Roddenberry a été confronté à ces écrivains, et s’est excusé, mais à en croire ses contradicteurs, il aurait persisté dans ce comportement.

Dans son autobiographie, l’actrice Nichelle Nichols, qui joua Uhura dans la première série Star Trek, rapporta avoir eu une aventure avec Roddenberry. Elle pensait que la forte volonté, malgré la controverse, de l’avoir dans la série était grandement liée à leur relation.

La vie et le travail de Roddenberry ont été présentés dans plusieurs travaux. le Créateur de Star Trek : La Biographie Officielle de Gene Roddenberry (Star Trek Creator: The Authorized Biography of Gene Roddenberry), écrit par son ami David Alexander, est un portrait flatteur de la vie de Roddenberry qui fut bien reçu par la plupart des lecteurs, passant sous silence beaucoup des problèmes que Roddenberry rencontra à la fin de sa vie. Beaucoup plus controversé, Dans le Périple : Ma Vie Secrète avec le Créateur de Star Trek Gene Roddenberry (Inside Trek: My Secret Life with Star Trek Creator Gene Roddenberry) par Susan Sackett, sa proche collaboratrice pendant 17 ans. Bien qu’elle affiche une inébranlable affection, un respect, et de l’admiration pour son employeur et apparemment amant, le récit de Sackett n’est pas vraiment hagiographique. Il relate ses longues périodes sans écrire tout au long des années 1970, sa dépendance à la cocaïne, son impotence, son incapacité à finir ses projets créatifs, et son déclin mental et physique après 1989.

Malgré sa direction réduite sur Star Trek au soir de sa vie, Roddenberry était encore suffisamment respecté pour que la Paramount, propriétaire des différentes séries Star Trek, accède à sa requête que Star Trek: le Dessin Animé ne soit pas considéré comme Canon par le studio. D’après le livre de référence La Chronologie Star Trek (The Star Trek Chronology), Roddenberry, selon certaines sources, considérait des éléments des cinquième et sixième films Star Trek comme apocryphe, encore qu’il n’y ait aucune indication qu’il ait voulu les retirer du canon Star Trek.

Publié dans:Articles |on 7 mai, 2009 |Pas de commentaires »

Le Salut Vulcain

vulcanemblem.jpg

Il a été conçu par Leonard Nimoy, à partir d’un symbole juif que l’on retrouve dans de nombreuses communautés aussi bien orthodoxes que conservatrices. L’acteur en a pris l’habitude quand il allait petit à la synagogue de son grand père. Le geste forme la lettre hébraïque « Shin » , et représnete le terme « Shaddaï« , qui signifie « tout puissant » (donc : Dieu).

Ce geste était utilisé à l’origine par les prêtres  » Kohanim  » durant les cérémonies de certains jours sacrés. Ces bénédictions sont maintenant très communes , on les retrouve aussi tres frequemment , plus seulement les jours spéciaux et leurs usages s’étendent hors des frontières du clergé.

La bénédiction juive se fait plutôt avec les deux mains inclinées vers le haut , les bras formant un angle de 45°, le seul bras est peu fréquent dans l’usage. Elle est répertoriée dans les « Nombres 6:22″ (Tora/Ancien testament) où Dieu dit à Aaron frère de Moïse et premier haut prêtre, afin de bénir l’assemblée juive:
« Que Dieu vous bénisse et vous protège
Que Dieu par sa lumière vous éclaire et vous donne grâce
Que Dieu vous voie et vous donne la paix »
Il existe de nombreuses traductions possibles
La plus simple et fidèle serait
« Longue vie et prospérité »

Le format grammatical est très semblable (et probablement inspiré) à cette salutation hébraïque : « Shalom Aleichem »
« Reçois la paix »
et son usuelle réponse
« Aleichem Shalom »
 » et sur toi aussi »

ce qui a exactement la même racine que

« Al Salamu’Alaikum » en arabe
« Solem Aleyxem » en yiddish

Publié dans:Articles |on 7 mai, 2009 |Pas de commentaires »

Filmographie de William Shatner

ufpemblem14.jpg

Réalisateur, Acteur américain

Né le 22 Mars 1931 à Montréal (Canada)

Attiré depuis son plus jeune âge par le monde du spectacle, William Shatner fait ses armes au théâtre à 23 ans sous la tutelle du dramaturge britannique Sir Tyrone Guthrie au Stratford Shakespeare Festival (Canada). En 1956, la pièce « Tamburlaine the Great » l’emmène sur la mythique scène de Broadway où il produit son effet auprès des critiques new-yorkais. Deux ans plus tard, il partage l’affiche de « The World of Suzie Wong » avec l’actrice France Nuyen.Entre temps, l’acteur fait ses débuts sur grand écran dans Les Freres Karamazov (1957), suivi de Jugement à Nuremberg (1961) de Stanley Kramer, et de The Intruder (1962). Il mène en parallèle une riche carrière à la télévision où il connaît l’âge d’or des séries avec Studio One ou Playhouse 90. Il multiplie les rôles de guest star dès la fin des années 50 dans les séries qui marquent son époque, comme Alfred Hitchcock Présente, La Quatrième dimension, Au-delà du réel, ou encore Le Fugitif (1965).

La carrière de William Shatner s’envole à partir de 1966 lorsqu’il embarque à bord de l’Enterprise, le mythique vaisseau de la série Star Trek. Il incarne le capitaine James T. Kirk, accompagné du fidèle M. Spock (Leonard Nimoy). D’une série de 3 saisons, Star Trek devient une véritable franchise où Shatner reprend régulièrement son rôle. Il retrouve toute l’équipe en 1979 à l’occasion du premier long métrage, Star Trek : Le film. Toujours dans le rôle principal, il incarne à nouveau le capitaine Kirk sur grand écran dans les différentes suites basées sur la série originale, de Star Trek II : La colère de Khan (1982) à Star Trek VI : Terre inconnue (1991). En 1994, il apparaît dans Star Trek Generations, film basé sur la série Star Trek: Next Generation menée par Jonathan Frakes.

Pour se démarquer du personnage qui a fait de lui une star, William Shatner change de genre en se plongeant dans la comédie. Après Y a-t-il enfin un pilote dans l’avion ? (1982), il joue face à Emilio Estevez et Samuel L. Jackson dans la parodie Alarme fatale (1993). Il persiste et signe en 2000 avec un second rôle dans la comédie Miss Détective, où une flic de choc incarnée par Sandra Bullock doit s’infiltrer dans l’élection de Miss États-Unis. Il rempile quatre ans plus tard dans sa suite Miss FBI : divinement armée (2004).

En plus de la comédie et la science-fiction, William Shatner joue les policiers dans la série Hooker (1982), où il tient le rôle titre pendant 5 saisons avec la charmante Heather Locklear à ses côtés. Il continue la diversification en devenant avocat récurrent dans The Practice en 2004. En plus de lui rapporter un Emmy Award, ce rôle devient régulier dans le spin-off Boston Justice qui est lancé la même année. L’acteur de 73 ans trouve très vite ses marques dans la peau de Denny Crane, l’excentrique fondateur du cabinet « Crane, Poole & Schmidt ».

Acteur charismatique, William Shatner sait aussi jouer de sa voix. Après l’avoir prêtée au capitaine Kirk de « Star Trek : la série animée » (1973), il réitère l’expérience en 2001 dans l’aventure biologique animée Osmosis Jones, réalisée par les frères Bobby et Peter Farrelly. En 2006, il double successivement un gnou dans The Wild, et un opossum dans Nos voisins, les hommes. Ce dernier, présenté hors compétition au festival de Cannes de la même année, compte des voix (en VO) aussi prestigieuses que Bruce Willis, Nick Nolte, ou encore Avril Lavigne.

 

Acteur

Rôle


Quantum Quest (Prochainement), de Harry Doc Kloor

Fanboys (Prochainement), de Kyle Newman

lui-même

Boston Justice (2008) – Saison 5

Denny Crane

Boston Justice (2007) – Saison 4

Denny Crane

Nos voisins, les hommes (2006), de Tim Johnson

Ozzie l’opossum (voix)

The Wild (2006), de Steve Williams

Kazar le gnou (voix)

Boston Justice (2006) – Saison 3

Denny Crane

Miss FBI : divinement armée (2005), de John Pasquin

Stan Fields

Boston Justice (2005) – Saison 2

Denny Crane

Même pas mal ! (Dodgeball) (2004), de Rawson Marshall Thurber

Le grand chancelier du Dodgeball

Enterprise (2004) – Saison 4

Filmographie de William Shatner dans Articles fleche_noire

épisode : 22
Voix du Capitaine James Tiberius Kirk

Boston Justice (2004) – Saison 1

Denny Crane

Showtime (2002), de Tom Dey

lui-même

Lil’ Pimp (2002), de Mark Brooks

Tony Gold (voix)

Osmosis Jones (2001), de Bobby Farrelly

la voix du Major Phlegmming

Miss Détective (2001), de Donald Petrie

Stan Fields

Futurama (2001) – Saison 4

fleche_noire dans Articles

épisode : 12
Lui-même

3ème planète après le soleil (1999) – Saison 5

fleche_noire

épisode : 12, 21, 22
Le cerveau

3ème planète après le soleil (1998) – Saison 4

fleche_noire

épisode : 23, 24
Grosse Tête Géante

Free Enterprise (1998), de Robert Meyer Burnett

Bill

Star Trek Generations (1995), de David Carson

capitaine James T. Kirk

Le Prince de Bel-Air (1995) – Saison 6

fleche_noire

épisode : 22
lui-même

Alarme fatale (1993), de Gene Quintano

Le Général Morters

SeaQuest, police des mers (1993) – Saison 1

fleche_noire

épisode : 17
Miles Tezlof

Star Trek VI : Terre inconnue (1991), de Nicholas Meyer

Capitaine James T. Kirk

Star Trek III : A la recherche de Spock (1985), de Leonard Nimoy

Hooker (1985) – Saison 5

Sergent T.J. Hooker

Hooker (1984) – Saison 4

Sergent T.J. Hooker

Impulse (1984), de Graham Baker

Y a-t-il enfin un pilote dans l’avion ? (1983), de Ken Finkelman

Cdt. Buck Murdock

Hooker (1983) – Saison 3

Sergent T.J. Hooker

Star Trek II : La colère de Khan (1982), de Nicholas Meyer

Amiral James T. Kirk

Hooker (1982) – Saison 2

Sergent T.J. Hooker

Hooker (1982) – Saison 1

Sergent T.J. Hooker

Police Squad ! (1982) – Saison 1

fleche_noire

épisode : 4
lui-même

Star Trek : Le film (1980), de Robert Wise

Amiral/Capitaine Kirk

L’Horrible Invasion (1977), de John Bud Cardos

La Pluie du diable (1975), de Robert Fuest

Mark Preston

L’Homme qui valait 3 milliards (1974) – Saison 1

fleche_noire

épisode : 11
Josh Lang

Star Trek : la série animée (1974) – Saison 2

Capitaine James Tiberius Kirk

Star Trek : la série animée (1973) – Saison 1

Capitaine James Tiberius Kirk

Mission : Impossible (1972) – Saison 7

fleche_noire

épisode : 6
Joseph Conrad

Mission : Impossible (1971) – Saison 6

fleche_noire

épisode : 2
Thomas Kroll

Star Trek (1968) – Saison 3

Capitaine James Tiberius Kirk

Star Trek (1967) – Saison 2

Capitaine James Tiberius Kirk

Star Trek (1966) – Saison 1

Capitaine James Tiberius Kirk

Incubus (1965), de Leslie Stevens

Marc

Au-delà du réel (1964) – Saison 2

fleche_noire

épisode : 2
Général Jeff Barton

L’Outrage (1964), de Martin Ritt

Le prédicateur

La Quatrième dimension (1963) – Saison 5

fleche_noire

épisode : 3
Bob Wilson

Jugement à Nuremberg (1961), de Stanley Kramer

fleche_noire

Ce film est projeté dans 1 salle(s)
Capitaine Harrison Byers

The Intruder (1961), de Roger Corman

Adam Cramer

Alfred Hitchcock Présente (1957) – Saison 3

fleche_noire

épisode : 1
Jim Whitely

Les Freres Karamazov (1957), de Richard Brooks

Alexi Karamazov

Star Trek IV : Retour sur Terre, de Leonard Nimoy

Star Trek V : L’ultime frontière, de William Shatner

Réalisateur


Groom lake (2002)

Hooker (1985) – Saison 5

fleche_noire

épisode : 1, 12, 14

Hooker (1984) – Saison 4

fleche_noire

épisode : 17, 18, 22

Hooker (1983) – Saison 3

fleche_noire

épisode : 14, 21

Hooker (1982) – Saison 2

fleche_noire

épisode : 17, 22

Star Trek V : L’ultime frontière

 

 

Publié dans:Articles |on 7 mai, 2009 |Pas de commentaires »

Filmographie de James Doohan as Capitaine Montgomery Scott

ufpemblem13.jpg

Déjà sorti

Star Trek: Generations (Star Trek : Generations) 1995
Star Trek VI : terre inconnue (Star Trek VI: The Undiscovered Country) 1992
A chacun sa loi (Double Trouble) 1992
Star Trek V, l’ultime frontière 1989
Star Trek IV, retour sur terre 1988
Star Trek III : à la recherche de Spock 1985
Star Trek II, la colère de Khan 1982
Star Trek : Le film (Star Trek : The Motion Picture) 1980
Un espion a disparu (One of our Spies is Missing) 1966

Casting principal

Star Trek 1966 – 1969
Publié dans:Articles |on 7 mai, 2009 |Pas de commentaires »

Star Trek : Les cendres de James Doohan vont partir dans l’espace accompagnées d’hommages de ses fans

Sur StarTrek.com, se trouve un lien vers Space Services Inc. où les fans pourront déposer par écrit un petit texte d’hommage qui sera enregistré sur un CD qui sera lancé dans l’espace avec les cendres de Scotty, décédé le 20 juillet dernier, l’anniversaire du jour où l’homme a marché sur la lune pour la première fois (Apollo XI, 20 juillet 1969). Des messages pouvant aller jusqu’à 500 caractères (7-8 lignes) seront enregistrés jusqu’au 15 novembre.

Le lancement est prévu pour le mois de décembre, sachant que celui-ci dépend de tout un tas de facteurs liés à la météo et au bon vouloir du gouvernement américain. Space Service Inc. a annoncé que le lancement du Falcon I qui transportera les cendres de James Doohan a reçu l’autorisation de partir dans la fenêtre de lancement du 6 au 12 décembre, à la base de l’USAF de Vanderberg, à Lompoc en Californie.

Une cérémonie publique sera organisée à Lompoc la veille du lancement. La fusée transportera aussi les cendres de plus de 150 autres défunts, y compris le scénariste/producteur de TOS, John Meredyth Lucas. SSI avait déjà envoyé les cendres de Gene Roddenberry dans l’espace.

 

La veuve de l’acteur, Wende Doohan, a écrit de Doohan qu’il « aurait pratiquement tout donné pour être capable de vraiment aller dans l’espace » et a dit qu’il aurait embarqué sur une navette de la NASA sans hésiter. Seulement une portion de ses cendres partira dans l’espace, pendant que le reste sera éparpillé au dessus de Puget Sound, dans l’état de Washington. La fusée Falcon transportera aussi un satellite tactique de télécommunications.

 

So long Scotty, you’re beaming up, at last …………….

Publié dans:Articles |on 7 mai, 2009 |Pas de commentaires »

De Forest Jackson Kelley

Acteur américain né à Atlanta le 20 janvier1920. Il a débuté sa carrière comme chanteur puis au théâtre. Son premier grand rôle lui a été attribué dans « Fear in the night ». Il a tourné dans plusieurs films et séries puis dans « Last Gunfight at OK Corral ». De 1966 à 1969, De Forest Kelley a incarné le célèbre personnage du docteur Léonard Mc Coy dans  » Star Trek ». Il aimait son jardin, la poésie et la peinture. Il est décédé le 11 juin 1999.

Publié dans:Articles |on 7 mai, 2009 |Pas de commentaires »

Léonard Nimoy

Acteur américain né à Boston dans le Massachussetts le 26 mars 1931. Il a fait ses débuts dans le cinéma en 1951. Il a obtenu son premier rôle principal en 1952 dans « Kid Monk Baroni », puis a joué dans des mini-séries à la fin des années 1950-60 comme « Man from UNCLE », « Perry Mason ». Léonard Nimoy a commencé à avoir une reconnaissance internationale, grâce au rôle de M. SPOCK dans « Star Trek ». Il a obtenu trois nominations aux Emmys. Il a réalisé les films « Star Trek III » et « Star Trek IV ». Léonard Nimoy a joué aussi notamment dans « Mission impossible », « Columbo » et aux côtés d’Ingrid Bergman dans « Une femme nommée Golda ». Il est l’auteur d’autobiographies comme « Je ne suis pas Spock » et de trois volumes de poésies.

Publié dans:Articles |on 7 mai, 2009 |Pas de commentaires »

William Shatner

Acteur américain né à Montréal au Québec le 22 mars 1931. Il a commencé sa carrière d’acteur en 1957, et a joué dans une première série télévisée « For the people ». De 1966 à 1969, il a incarné je rôle du capitaine Kirk dans « Star Trek », puis dès 1979 dans les films tirés de cette série. William Shatner est également producteur (la série « Tek War ») et réalisateur (plusieurs épisodes de « Hooker », « Kung Fu » et le film « Star Trek V »). On a également pu l’apercevoir dans les parodies « Y a-t-il un pilote dans l’avion n°2″ et dans « Alarme fatale ». C’est « Star Trek » qui lui a donné la place qu’il occupe aujourd’hui dans l’esprit du public.

Publié dans:Articles |on 7 mai, 2009 |Pas de commentaires »

Dr. Carol Marcus

carolmarcus.jpg

Scientifique reconnue, spécialisée en biologie moléculaire, elle est la créatrice du « Projet Genesis », qu’elle met au point avec son fils, David (né d’une liaison avec le capitaine James T. Kirk au début des années 2260).

D’origine terrienne, elle est affecté au Laboratoire Spatial Régula I.

Publié dans:Articles |on 7 mai, 2009 |Pas de commentaires »

Star Trek II: The Wrath of Khan

ufpemblem13.jpg

Depuis 2284, le docteur Carol Marcus (ex-femme de Kirk) et David Marcus (fils de Kirk) travaillaient sur le projet Genesis, dont le but est de terraformer une planète pour la rendre habitable. Pour cela, le vaisseau pour chercher une planète inhabitée.

En 2285, l’USS Reliant, chargé de rechercher une planète inahabitée pour l’expérimentation, explora la planète Ceti Alpha VI. Cependant, il s’avéra qu’un bouleversement dans le système Ceti Alpha ait modifié l’orbite de Ceti Alpha V, où le capitaine James T. Kirk de l’USS Enterprise avait débarqué Khan Noonien Singh et son équipage d’Améliorés en 2267. Depuis lors, la planète est devenue désertique, la femme de Khan et la plupart des membres d’équipage du Botany Bay ont péri. Khan considérait Kirk responsable de la situation, en les ayant abandonné puis « oublié » sur la planète.

Alors qu’ils exploraient la surface de la planète V, le capitaine Clark Terrell et son premier officier Pavel Chekov se retrouvèrent face aux Améliorés. Reconnaissant Chekov, Khan décida de se venger de Kirk en l’attirant dans un piège. Pour cela, il prit le contrôle du Reliant puis de la station Regula I dans le but de se servir de Chekov et Carol Marcus comme appâts.

Pendant ce temps, l’Amiral Kirk conduisait une mission d’inspection des cadets de l’Académie de Starfleet lors d’une mission d’entrainement à bord de l‘Enterprise. Au cours de cette mission, l‘Enterprise reçut un message Starfleet lui donnant l’ordre d’enquêter sur la perte soudaine de communications avec la station Regula I et l’USS Reliant.

Lorsque l‘Enterprise localisa le Reliant, ce dernier refuse de répondre aux appels. A portée de tir, il ouvrit le feu au phaseur sur l‘Enterprise. Gravement touché, l’Enterprise reçoit enfin une communication du Reliant : Khan donne une minute à Kirk avant de détruire le vaisseau. Pendant cette minute, Scotty trouva le code de désactivation des boucliers du Reliant et ouvrit le feu. Le Reliant étant gravement touché, Khan ne put empêcher l‘Enterprise de Kirk de s’échapper.

L’équipage retrouva Chekov sur la station Regula I. De là, Kirk et Saavik se téléportèrent dans une caverne à l’intérieur du planétoïde Regula et ils y retrouvèrent Carol et David. Malheureusement, grâce à un organisme implanté dans le cerveau de Chekov, Khan obliga ce dernier à téléporter le dispositif Genesis sur son vaisseau. Dans le même temps, Scotty a terminé de réparer les plus gros dégâts de l‘Enterprise qui pouvait donc ainsi repartir en chasse pour trouver Khan. Le combat se déroula dans une nébuleuse où aucun des deux vaisseaux ne pouvait se servir de ses senseurs. Finalement Kirk a le dessus et en désespoir de cause, Khan utilisa le dispositif Genesis comme une gigantesque bombe. L‘Enterprise s’éloigna mais trop lentement jusqu’à ce que Spock se sacrifia en exécutant une manœuvre désespérée dans la salle des machines. Alors que l‘Enterprise parvient à échapper aux effets du dispositif Genesis, Spock meurt, brûlé par les radiations. Auparavant, il a eu le temps de transférer son Katra (esprit) dans l’esprit de Mc Coy. Son corps est envoyé dans l’espace, et atterrit sur la planète Genesis qui est en train de se transformer en un monde habitable.

Publié dans:Articles |on 7 mai, 2009 |Pas de commentaires »
1...34567...10

Sa K' Animer |
AME Médias - Vidéo événemen... |
Yes We Cannes : Le site off... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dimanche-moi un Film
| les frères scott
| Harry Potter Fans